Sélectionner une page

Après quelques jours, suite à la soumission de votre dossier de prêt immobilier, la banque refuse de vous prêter la moindre somme d’argent. Cette décision peut être motivée par plusieurs raisons telles qu’une mauvaise gestion des finances de votre part, une situation professionnelle instable ou tout simplement une capacité de remboursement peu convaincante. Rassurez-vous, il existe une multitude de solutions qui permettent de débloquer votre situation. Voici les meilleures d’entre elles.

Ayez recours à un courtier en prêt immobilier suite à un refus d’une banque

Compte tenu de la baisse du prix des maisons et des appartements, les institutions prêteuses se montrent de plus en plus exigeantes vis-à-vis de l’octroi d’un prêt immobilier. Ainsi, votre dossier de crédit doit être le plus solide possible pour convaincre les banques. Pour ce faire, confiez l’élaboration de votre dossier à un courtier en prêt immobilier :

• En tant qu’allié, il s’occupe des démarches et étapes nécessaires pour trouver un organisme prêteur qui veut financer votre projet immobilier.

• Il cherche et trie les meilleures offres qui sont proposées par les banques.

• Il veille à ce que votre dossier soit bien complet. Par la même occasion, cela signifie qu’il établira une liste de toutes les pièces requises dans le cadre d’une demande de crédit immobilier.

• En s’armant d’arguments pertinents, il négocie avec la banque pour que vous puissiez avoir un taux attractif.

Optimisez votre dossier pour qu’il représente peu de risques pour la banque

La meilleure façon de faire cela est de vous mettre dans la peau de l’institution financière. C’est-à-dire qu’en consultant votre propre dossier, vous devez repérer rapidement les éléments qui peuvent avoir une influence négative sur votre capacité à rembourser. À titre d’exemple, il peut s’agir d’un découvert bancaire régulier ou d’une situation professionnelle précaire, ce qui peut facilement alerter les institutions financières.

Tant que votre dossier comporte de telles failles, ne soumettez pas encore une demande aux banques. Reportez-la de quelques mois, le temps que vous puissiez régler vos impayés et assurer une meilleure gestion de vos comptes.

Partez à la chasse de financements complémentaires

Gardez à l’esprit que plus le montant que vous souhaitez emprunter est considérable, plus il sera difficile d’influencer la décision d’un organisme prêteur. Vous devez donc chercher à réduire cette somme en faisant appel à d’autres sources d’argent comme les suivantes :

• Autant que possible, essayez de décrocher une prime ou une augmentation là où vous travaillez.

• Cherchez un emploi à mi-temps afin d’accroître la somme d’argent que vous percevez chaque mois.

• Parlez aux membres de votre famille et vos amis pour savoir s’ils peuvent vous aider financièrement. En effet, il est tout à fait possible d’augmenter votre apport personnel en ayant recours à des techniques de financement comme le prêt entre particuliers ou encore l’avance sur héritage.

• Prenez le temps de consulter les différentes aides à l’achat immobilier pour déterminer si vous êtes éligible au crédit à taux zéro. Si c’est le cas, vous réduisez considérablement votre besoin d’emprunter. Par conséquent, votre demande de prêt immobilier aura plus de chances d’être acceptée par une institution financière.

Revoyez votre budget à la baisse

Comme dit plus haut, les risques de refus augmentent en fonction de la valeur de l’argent à emprunter. Pour éviter de se frotter à la rigidité des banques, vous pouvez par exemple, négocier le prix d’achat de votre future maison.
Une grande partie des vendeurs souhaitent effectuer leur vente dans les plus brefs délais, car ils expriment un besoin urgent d’argent. Vous pouvez alors utiliser cela comme moyen de pression principal.