LES BONNES ASTUCES POUR REUSSIR LA NEGOCIATION IMMOBILIERE

27

Nov

LES BONNES ASTUCES POUR REUSSIR LA NEGOCIATION IMMOBILIERE

Comment réussir la négociation immobilière ? Une démarche structurée, pour ne rien laisser au hasard. C’est ce qu’on va découvrir à travers cet article.

LES BONNES ASTUCES POUR REUSSIR LA NEGOCIATION IMMOBILIERE

L’acquisition d’un bien immobilier constitue une décision très difficile à prendre, car d’une part, le montant à investir est relativement important, il peut s’agir d’une épargne constituée au cours de plusieurs années, ou d’un financement par prêt bancaire, lourd en terme d’intérêts et de frais annexes, comme l’assurance, les frais de dossiers, les honoraires du notaire, de l’expert ou de l’inspecteur, de l’agent immobilier éventuellement, les frais d’enregistrements, etc. D’autre part on a pas le choix de changer sa résidence du jour au lendemain au gré de nos désirs, et ce pour plusieurs considérations, les déménagements s’accompagnent toujours des travaux épuisants, nécessitant un effort colossal et du temps à accomplir, ce que l’en ne possède pas toujours.

 

Une fois la décision d’acquisition prise, la première des choses à faire et de ce fixer un budget pour le choix que vous avez effectuer, un plancher à ne pas dépasser en fonction de vos revenus et dépenses, Si vous allez opter pour un crédit hypothécaire, il faut d’abord en parler à votre banquier, pour déterminer votre capacité d’endettement, et vous aidez à établir un plan de financement cohérent en fonction de votre situation.

IMMOBILIERE

Cette étape est cruciale, car lors de la négociation avec le vendeur, vous devez lui inspirer confiance quant aux sûretés de paiement, vous devez lui montrer votre sérieux et votre capacité d’achat, matérialisée par un accord de principe délivré par votre banquier. Cela vous permettra de bénéficier entre autres, des concessions sur le prix de vente, surtout dans le cas où le vendeur a besoin de liquidités dans l’immédiat.

 

Après avoir déterminer le budget ou le plancher de vos capacités avec précision, la deuxième étape consiste à faire un «benchmarking» ou analyse comparative du marché immobilier, pour avoir une idée sur les prix des comparables, en fonction de votre choix. Cela vous permettra de négocier en connaissance des prix de marché et vous permettra de justifier votre position et votre offre, qui doit tenir debout devant un vendeur très avertit.

 

Gardez à l’esprit qu’un bon négociateur, est celui qui avance des arguments qui vont dans le même sens d’idées, et qui doivent toujours se focaliser autour de l’intérêt que présente votre offre, vis à vis de celui à convaincre. Dans ce sens il faut prévoir les intentions du vendeur et avoir un argumentaire solide et convainquant préparé à l’avance, ça vous aidera à anticiper le prix, les termes et les autres conditions.

 

La visite et l’inspection du bien vous permettra d’évaluer les réparations probables, à inclure impérativement dans le coût global, et dont le détail et à formaliser par écrit en annexe du contrat principal. Aucun bien immobilier n’est parfait, et c’est là ou intervient le rôle de l’expert, pour vous faire révéler les vices ou défauts à réparer, ainsi que les entretiens éventuels.

 

Ce qu’il faut absolument éviter, c’est une négociation par téléphone, ou se laisser emporter par les émotions d’achat, soyez objectif, une bonne préparation et passer à l’action.